Boo Forever… à propos de Richard Brautigan

Si ma mémoire est exacte, j’ai lu mon premier roman de Richard Brautigan lors de mon passage à l’Université Libre de Bruxelles, il y a 30 ans environ.

J’ai un doute concernant le titre, était-ce L’avortement ? La pêche à le truite en Amérique / Sucre de pastèque ? Le général sudiste de Big Sur ? Aucune idée. Ce dont je me souviens c’est de l’humour grinçant, des menus détails transformés en une sorte de délicieuse symphonie obsessionnelle, des sons et caresses évoqués avec tant de jouissance, des digressions extraordinaires, de l’imaginaire je m’en foutiste, du profond désarroi diffusé à chaque ponctuation… Je suis tombé amoureux à vie de cet auteur, il est devenu une constante de ma pratique de bibliovore, à l’instar de William Burroughs, Hunter S. Thompson ou de Paul Auster. Ce sont des marqueurs essentiels dont Brautigan constitue le chef de file.

Je n’ai jamais revendu le moindre de ses livres, j’en ai donné (et racheté immédiatement), c’est pour moi le plus beau cadeau que je puisse faire, enfin le plus sincère en tout cas…

Brautigan est revenu en puissance dans ma vie alors que je travaillais sur un projet artistique particulièrement difficile à gérer, tant au niveau du stress humain, que financier ou logistique… Tout à coup je me suis souvenu d’un passage de Sucre de pastèque, l’évocation d’un son. J’ai voulu transformer ce petit moment d’évasion, cette sereine anamnèse, en un spectacle modeste. Un solo avec un rien de vidéo…

Et pourtant, au final, Boo Forever c’est un spectacle ambitieux d’une cinquantaine de minutes, impliquant de nombreux auteurs (voir plus bas), deux musiciens, un vidéaste / scénographe, de nombreuses résidences, beaucoup de recherches, de lectures de contacts administratifs, etc.

Tout cela tient du miracle (vu le budget dont nous avons disposé) et du délire. En effet, je suis loin de la forme intimiste… et j’en suis heureux !

Merci à toutes et tous, je vous aime.

 

 

« Boo Forever est un spectacle à plusieurs voix, à plusieurs dimensions musicales, visuelles et poétiques, tentant de présenter une œuvre tout aussi polymorphe, celle de l’écrivain américain, Richard Brautigan (1935-1984), à qui l’on doit notamment La pêche à la truite en Amérique.

Boo Forever devient voyage durant lequel s’entrecroisent des créations musicales de type folk, rock et électronique, des textes poétiques rédigés par des écrivains de diverses origines et des projections vidéographiques qui emportent le spectateur dans les univers concrets ou fantasmagoriques qui ont marqué la vie et l’œuvre de Richard Brautigan.

Les deux arts toujours présents sur scène sont la musique et la vidéographie; les écrivains, eux, interviennent sur scène ou par leur voix seulement dans une sorte de dialogue avec les musiciens et avec les images présentées dans la vidéographie nous donnant aussi à voir et à entendre Richard Brautigan, lui-même; cette présence, sa présence dans le spectacle constitue pour nous un point de départ et la ligne d’arrivée d’une traversée de son œuvre littéraire. Le tout constitue un ensemble poétique, dirions-nous faute de mieux, où chacun (musiciens, vidéaste, auteurs) contribue à engendrer un tout singulier qui résonne bien au-delà d’un simple hommage à l’auteur américain. » (Extrait du dossier de presse)

Teaser :

 

Cette performance évoque plus qu’elle ne cite l’homme, son œuvre, et ses univers allant de la prose à la poésie. Boo Forever s’avère une occasion de re-découvrir cet écrivain finalement mal connu, parfois même mal aimé… En fil rouge de la vidéo, on entend des extraits de Mayonnaise, essai biographique de l’écrivain québécois Eric Plamondon, soutenu ou sublimé par des textes inédits et inspirés par la vie de Brautigan et par certaines thématiques qui lui étaient chères.

Ces textes ont été rédigés et sont lus/interprétés (en live ou en off) par leurs auteurs.

Une expérience particulière qui s’adresse à tous ceux qui aiment explorer, découvrir.

 

Dossier de presse Français

Dossier de presse Anglais

 

Infos / Booking / Contact

D’après une idée de :

Gauthier Keyaerts.

 

Co-créateurs :

Gauthier Keyaerts, Jonas Luyckx, Stephan Ink.

Musiques, bruitages, lutherie :

Gauthier Keyaerts et Stephan Ink.

 

Mise en image (sauf, archives), et scénographie :

Jonas Luyckx.

 

Textes et lectures :

Eric Plamondon, Jean-Marc Desgent, Vincent Tholomé, Annie Lafleur, Bertrand Laverdure, Margarida Guia, Daniel Vander Gucht.

 

Durée du spectacle : 50 minutes.

 

Une production :

White Market, Back from the Deaf et Pick Up Studio

 

Avec le soutien de :

La Commission interdisciplinaire de La Fédération Wallonie-Bruxelles, Transcultures, Les Chiroux Centre Culturel de Liège, La Marlagne création, Le MUDAM Luxembourg, Le Zététique Théâtre.

 

Une fiche technique complète lumière et son est à disposition.

 

Résidences de création:

 

La Marlagne Centre Culturel Marcel Hicter – Namur (Be) ;

Zététique Théâtre – Liège (Be);

L’An Vert – ateliers d’art et d’essais – Liège (Be).

 

Boo Forever, dates de concert :

 

MUDAM, Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean (Lu) ;

Les Chiroux – Centre Culturel de Liège (Be) ;

Sémaphore – Festival de la parole poétique, Quimperlé (Fr) ;

Vidéoformes – Festival international d’arts numériques Clermont-Ferrand (Fr) ;

FIAV – Festival International d’Art Vidéo de Casablanca (Ma) ;

Festival OFNI – Nyktalop Mélodie – Poitiers (Fr).